Accueil du site

http://www.npa2009.org/content/menton

Espagne «Le peuple est en train de construire ses propres mécanismes pour se représenter lui-même»

 

Espagne

«Le peuple est en train de construire ses propres mécanismes pour se représenter lui-même»

Diego Cañamero, porte-parole du SAT

Diego Cañamero explique avec clarté – après s’être mis à la tête de la colonne andalouse qui arriva à Madrid en provenance de Cordoue – les raisons pour lesquelles son syndicat impulsa une mobilisation comme celle-ci: «L’Andalousie doit répondre. Elle a un niveau de chômage de 37%, un chômage des jeunes de 67% et deux millions de pauvres. L’Andalousie devait se lever et cette marche est une preuve évidente de cette volonté. 600 autobus sont venus. Ce n’est pas un hasard, c’est parce qu’il y a une grande indignation» affirme le syndicaliste, qui avertit que «les gens pleurent beaucoup dans le silence de leurs maisons, derrière la porte et ce chagrin s’est transformé en rébellion pour sortir dans la rue.» 

Mais Cañamero sait que sortir dans la rue n’est en soit pas suffisant. Pour obtenir ce «pain, travail et toit» qu’il revendique, il voit comme étant nécessaire «l’unité, de nouveaux repères et de nouveaux outils.» «La convergence est importante dans cette mobilisation. La société est à la recherche de nouvelles références et de nouveaux outils parce que les partis traditionnels sont devenus caducs]. Le peuple est en train de construire ses propres mécanismes pour se représenter lui-même, avec unité à partir d’en bas et ceci est ce que nous essayons de construire: une orientation claire de l’économie pour le peuple et une démocratie pour le peuple.»

Il voit comme essentiel «de conserver l’unité de tout le monde pour dire au gouvernement qu’il doit s’en aller, qu’il ne représente plus les peuples de L’Etat espagnol, que le vote n’attribue pas un droit à commettre des abus. Le gouvernement s’est transformé en acteur de la maltraitance des gens et ceux qui maltraitent doivent être traînés en justice. Par conséquent, le peuple a la légitimité pour poursuivre ce gouvernement qui ne nous représente pas. Les sigles ne sont pas importants, ce qui est important c’est que le peuple soit uni dans la rue.» Il exige que les syndicats majoritaires [CCOO et UGT] s’interrogent «pourquoi les gens les ignorent.»     

C’est la raison pour laquelle les différentes colonnes et collectifs qui ont rejoint l’initiative ont l’intention de réfléchir à des actions jusqu’au mardi 25 mars à Madrid, malgré le déploiement policier qui accompagne la protestation. «On ne peut pas arrêter le peuple avec des policiers ni des matraques. On l’arrête avec la justice, la dignité et les droits.».

 Image de prévisualisation YouTube

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ninomouss |
Paparaziweb |
La QUENELLE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | M. Leduc, prof d'Histoire-G...
| Infos Bgayet
| les châteaux de la Manche