Accueil du site

http://www.npa2009.org/content/menton

Archive pour la catégorie 'Espagne'

Espagne «Le peuple est en train de construire ses propres mécanismes pour se représenter lui-même»

Posté : 4 avril, 2014 @ 7:30 dans anti capitalisme, Espagne, precaires, revolutionnaire, Social, societe, solidarite, soulevement de la vie | Pas de commentaires »

 

Espagne

«Le peuple est en train de construire ses propres mécanismes pour se représenter lui-même»

Diego Cañamero, porte-parole du SAT

Diego Cañamero explique avec clarté – après s’être mis à la tête de la colonne andalouse qui arriva à Madrid en provenance de Cordoue – les raisons pour lesquelles son syndicat impulsa une mobilisation comme celle-ci: «L’Andalousie doit répondre. Elle a un niveau de chômage de 37%, un chômage des jeunes de 67% et deux millions de pauvres. L’Andalousie devait se lever et cette marche est une preuve évidente de cette volonté. 600 autobus sont venus. Ce n’est pas un hasard, c’est parce qu’il y a une grande indignation» affirme le syndicaliste, qui avertit que «les gens pleurent beaucoup dans le silence de leurs maisons, derrière la porte et ce chagrin s’est transformé en rébellion pour sortir dans la rue.» 

Mais Cañamero sait que sortir dans la rue n’est en soit pas suffisant. Pour obtenir ce «pain, travail et toit» qu’il revendique, il voit comme étant nécessaire «l’unité, de nouveaux repères et de nouveaux outils.» «La convergence est importante dans cette mobilisation. La société est à la recherche de nouvelles références et de nouveaux outils parce que les partis traditionnels sont devenus caducs]. Le peuple est en train de construire ses propres mécanismes pour se représenter lui-même, avec unité à partir d’en bas et ceci est ce que nous essayons de construire: une orientation claire de l’économie pour le peuple et une démocratie pour le peuple.»

Il voit comme essentiel «de conserver l’unité de tout le monde pour dire au gouvernement qu’il doit s’en aller, qu’il ne représente plus les peuples de L’Etat espagnol, que le vote n’attribue pas un droit à commettre des abus. Le gouvernement s’est transformé en acteur de la maltraitance des gens et ceux qui maltraitent doivent être traînés en justice. Par conséquent, le peuple a la légitimité pour poursuivre ce gouvernement qui ne nous représente pas. Les sigles ne sont pas importants, ce qui est important c’est que le peuple soit uni dans la rue.» Il exige que les syndicats majoritaires [CCOO et UGT] s’interrogent «pourquoi les gens les ignorent.»     

C’est la raison pour laquelle les différentes colonnes et collectifs qui ont rejoint l’initiative ont l’intention de réfléchir à des actions jusqu’au mardi 25 mars à Madrid, malgré le déploiement policier qui accompagne la protestation. «On ne peut pas arrêter le peuple avec des policiers ni des matraques. On l’arrête avec la justice, la dignité et les droits.».

 Image de prévisualisation YouTube

 

Retour sur la lutte victorieuse des hôpitaux de la région de Madrid

Posté : 12 mars, 2014 @ 7:28 dans auto organisation, Espagne, hopitaux sante social, solidarite, soulevement de la vie | Pas de commentaires »

 Retour

la lutte victorieuse des hôpitaux de la région de Madrid

arton29358-5595fPar Jesús Jaén

Hier, 27 janvier 2014, le président [de la Communauté autonome de Madrid] Ignacio González annonçait sa défaite. Sur un ton triste et accablé, il annonçait deux nouvelles spectaculaires lors d’une conférence de presse: le retrait du plan de privatisation des six hôpitaux publics (suite à la nouvelle suspension provisoire) et la démission du conseiller à la santé Fernández Lasquetty. Ce dernier, quelques minutes plus tard, expliquait d’un air abattu qu’il avait présenté sa démission au président, car il se considérait comme responsable du mal nommé Plan de Sostenibilidad del Servicio Madrileño de Salud (SERMAS).

Nous ressentons, comme professionnels et usagers de la santé publique, une joie immense. Il a fallu quinze mois de conflit au cours duquel nous avons mené des grèves, récolté en masse des signatures, occupé nos hôpitaux et centres de soins, des «marées blanches» [mobilisation du personnel hospitalier, soutenu par les usagers] dans les rues, des rassemblements devant les entreprises adjudicaires et même une consultation citoyenne [du 5 au 10 mai 2013] qui reçut le soutien de presque un million de Madrilènes [951'975 personnes ont répondu qu’elles étaient favorables à un système de santé public, de qualité et universel et contre la privatisation]. Cela en a valu la peine.

Il s’agit maintenant, cependant, de reconnaître nos «retraites» dans cette «guerre». Nous avons perdu la blanchisserie de Mejorada del Campo, l’Institut de cardiologie, l’Hôpital Carlos III et rien de moins que 3500 postes de travail en une seule année. Nous avons empêché la privatisation des six hôpitaux, celle de 27 centres de soins et, partiellement, la transformation de l’hôpital universitaire de La Princesa en un centre gériatrique. Voici le bilan que nous pouvons faire de ces quinze mois de luttes: une grande victoire, mais également quelques défaites.

Quels sont les enseignements que nous pouvons tirer de ce succès de la Marea Blanca?

Nous tenterons de les résumer très brièvement:

• La première, et la plus importante, est l’importance de la mobilisation sociale. Affirmer que seule la lutte paie est une énorme vérité. Face aux sceptiques et à ceux qui disent qu’il ne vaut pas la peine de descendre dans les rues ou de faire grève, nous avons fait la démonstration que lorsque nous, ceux d’en bas, bougeons, ceux d’en haut tremblent. Gamonal a ouvert un sentier que nous avons approfondi avec la Marea Blanca [1].

Consultation sur la santé publique en mai 2013

Consultation sur la santé publique en mai 2013

• La deuxième grande leçon a été l’unité entre travailleurs de la santé, habitants et patients que nous avons réunis en une majorité sociale puissante. C’était une chose touchante que de participer à ces grandes marées où les blouses blanches se mêlaient aux personnes âgées ou aux quelques patients qui y étaient venus en chaise roulante ou avec des bonbonnes d’oxygène. C’était le peuple, dans l’acceptation la plus large de ce terme, implacable et décidé à lutter jusqu’à la fin.

• En troisième lieu, le coup mortel dont a souffert le PP de Madrid [Parti Populaire, très à droite; la communauté autonome est gouvernée par ce parti de Mariano Rajoy, lui-même président du gouvernement de l'Etat espagnol] comme conséquence de la Marea Blanca.

La division que l’on pouvait percevoir dans ses rangs était l’expression du mécontentement de sa propre base et de ses électeurs. Dans un district comme le quartier de Salamanca [quartier aisé du nord de Madrid], des centaines ou même des milliers de personnes nous ont contactés à l’hôpital de La Princesa [situé dans ce quartier], pour nous dire: «Je n’ai pas voté pour le PP pour qu’il ferme l’hôpital!»

L’usure politique de la droite à Madrid a fait un saut qualitatif pour élargir encore plus ses fractures internes [allusion, entre autres, aux divisions sur le projet de loi sur le droit à l'avortement qui suscite des divisions au sein du PP ainsi qu'à la démission d’Alejo Vidal-Quadras, vice-président du Parlement européen, qui rejoint Vox, une formation à la droite du PP].

• Enfin, mais non moins important, la Marea Blanca est née à la chaleur de la «grande flamme» du mouvement du 15M [15 mai 2011, début du mouvement des «Indignados», qui a débuté par une occupation de la Puerta del Sol, «achetée» aujourd'hui par la compagnie de télécommunication Vodafone]. C’est sa fille aînée. Tant et si bien qu’avec elle se sont développées toutes les énergies positives d’un mouvement fondé sur l’auto-organisation de la base et qui n’attend pas de recevoir des ordres d’en haut. Ce sont les travailleurs et travailleuses eux-mêmes qui formèrent et décidèrent des plateformes [rassemblements ponctuels autour d'un objectif commun], des coordinations, des assemblées, des fermetures de services [avec hôpitaux entourés par les soignants] ou des consultations citoyennes. La détermination qui saisit les places lors du 15M est la même qu’a montrée la Marea Blanca au cours de ces derniers mois.

Comme nous l’avons déjà dit, tout n’est pas gagné. Nous avons un long chemin à parcourir et beaucoup de raisons de poursuivre la lutte. Nous devons reprendre ce que nous avons perdu, ce qui a été privatisé et obtenir le retrait du Plan de Sostenibilidad. Il faut continuer jusqu’à obtenir le retrait de lois comme la 15/97 ou la 16/2012 qui ont expulsé 840’000 personnes du système national de santé.

Et, enfin, nous devons tenter d’empêcher que, grâce au système de détournement des patients vers les soins privés, se poursuivent le désinvestissement et le démantèlement de notre système de soins public. (Traduction A l’Encontre; article publié sur le site anticapitalistas.org le 28 janvier 2014. Jesús Jaén est membre de PATUSALUD (Pataforma Asemblearia de Trabajadores y Usarios por la Salud, www.patusalud.es).

_____

[1] Gamonal, ancienne localité intégrée à la ville de Burgos, quartier populaire, où une mobilisation importante et des émeutes ont arrêté, il y a quelques jours, la construction d’un boulevard. Cette phrase d’un manifestant témoigne de l’esprit de ce mouvement: «Burgos n’a pas 13’000 euros pour une garderie, mais peut dépenser 8 millions pour un parking.» En effet, ces travaux témoignent de la spéculation immobilière et du pouvoir de caciques comme Antonio Miguel Méndez Pozo. Voir http://politica.elpais.com/politica/2014/01/18/actualidad/1390064352_796583.html (Réd. A l’Encontre)

Share

correos indignados

Posté : 12 novembre, 2011 @ 8:35 dans Espagne, postiers | Pas de commentaires »

correos indignados

Image de prévisualisation YouTube

Madrid, après la délinquance policière les indignés reprennent la puerta del sol

Posté : 6 août, 2011 @ 7:39 dans bourgeoisie, corruption, crise economique, Espagne, police, soulevement de la vie | Commentaires fermés

 

une marée humaine

Libertad !

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Madrid

après la délinquance policière les indignés reprennent la puerta del sol

à Madrid, le 5 Août, la police a agressé avec une rare violence (+ de 20 blessés) les femmes et hommes pacifiques présentes à la Puerta Del Sol, acceptant des ordres attentant gravement à la protection des personnes et aux libertés fondamentales.

cette lâche agression a suscité une grande indignation malgré la campagne de propagande des grands médias appartenant aux grands bourgeois et banquiers qui ne veulent surtout pas que ce qu’on appellent les Indignados voient leurs revendications avancer

des dizaines de milliers de manifestants ont convergé rapidement vers la Puerta del Sol pour répondre à la délinquance policière

rappelons que ce mouvement  critique le pouvoir des riches et des banquiers, leurs hommes et femmes politiques de paille, en Espagne, qui continuent de dégager des marges d’argent de plus en plus gigantesques ayant pour conséquence directe un  appauvrissement de la population

http://utils.lainformacion.com/images/IMGS_CMS/unos-500-indignados-cortan-las-ramblas-en-barcelona-en-apoyo-a-los-de-sol/2011_8_6_JoBJ56G3Kq92SP3zUeaXt1.jpg?type=border&width=645&height=407.9625&mtime=1312585862

les « indignés » espagnols ont développé une résistance importante face à des logements à prix démentiels, des salaires en chute libre, des précarités de plus en plus destructrices, le chômage, les violences d’état de plus en plus importantes, les agressions contre les vieux travailleurs en taillant dans leurs maigres retraites, le cassage de l’éducation, de la santé, de la sécurité sociale, etc

http://www.navarra2.com/diario/medios/img/2011/06/Indgnados_en_apoyo_a_Grecia__Twitter_toofastofall_44139.jpg

le gouvernement « socialiste » espagnol de Mr Zapatero, l’ami des Hollandes et autres Aubry, a démontré et démontre qu’il ne se distingue en rien des gouvernements Sarkozy, Berlusconi (Italie), Merckel (Allemagne), Cameron (Grande Bretagne), Papandréou (Grèce) etc : au service des banques et des actionnaires, des plus riches et des bourgeois, violents, agressifs, anti-sociaux, attentant méthodiquement les libertés fondamentales

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

le retour des indignés à Madrid avec l’arrivée d’une marche

Posté : 24 juillet, 2011 @ 8:11 dans anti capitalisme, auto organisation, Espagne, revolutionnaire, soulevement de la vie | Pas de commentaires »

retour des indignés à Madrid avec l’arrivée d’une marche

à la croisée des chemins

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

12345...8
 

ninomouss |
Paparaziweb |
La QUENELLE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | M. Leduc, prof d'Histoire-G...
| Infos Bgayet
| les châteaux de la Manche